L'ère Chavez impose le Venezuela sur la scène mondiale

Les profonds changements dans la politique, l'économie et la société ont propulsé le pays andin sur le devant de la scène internationale


Cliquez ici pour lire tous les reportages

  

A plus de mille mètres d'altitude sur la côte vénézuélienne des Caraïbes, une ville naît du néant. Elle occupe 1 200 hectares, dans l'état de Vargas, enclavée entre Caracas, la capitale, et le principal aéroport du pays. Le lotissement a été projeté pour être l'une des grandes vitrines du gouvernement de Hugo Chavez Frias, président de la République depuis février 1999.

En espagnol, le projet s'appelle Ciudad Caribia. Le chantier est dirigé par une société mi cubaine mi vénézuélienne, la Construtora Alba Bolivariana. Près de 7 000 personnes sont déjà logées dans 1 100 appartements. Quand l'ensemble sera conclu, en 2018, la zone urbaine aura une capacité de 20 000 logements. Cent milles Vénézuéliens y vivront.


Seuls des gens très pauvres sont devenus propriétaires ou auront accès à la propriété de ces appartements. Ce sont des cinq pièces de 72 m2 : trois chambres, deux salles de bain, une buanderie, une salle à manger, un salon et une cuisine. Tous complètement meublés et équipés.

Il ne s'agit pas seulement d'une cité résidentielle. Le quartier abritera des écoles, des parcs pour les enfants, des crèches, une bibliothèque, un commissariat, un club sportif, un centre commercial et des espaces pour les réunions et événements. Les véhicules ne pourront pas circuler dans son enceinte. Les déplacements seront assurés par un système de transports publics qui prévoit même un téléphérique pour que les habitants rejoignent la côte et la capitale.

Des conseillers municipaux élus gèrent cette grande copropriété publique. Ils ont également le pouvoir de développer des entreprises commerciales et industrielles. Le projet de collecte et de recyclage des déchets, par exemple, est déjà en marche. Son fonctionnement obéit à un modèle d'autogestion, soutenu par le gouvernement national, qui remplace la traditionnelle verticalité étatique.

« J'entends beaucoup de personnes dire que Ciudad Caribia n'existe pas, qu'il s'agit d'un mensonge du gouvernement », rapporte Carlos Marques. À 45 ans, il fait partie du premier groupe de familles qui sont arrivées. Il est le porte-parole d'un des quatre conseils municipaux. « Nous faisons partie d'une expérience. Je ne suis pas un de ces chavistes pur et dur qui est d'accord avec tout ce que dit le président. Mais en octobre je voterai pour lui. Il a changé ma vie. »

À ce sentiment de rédemption, qui est apparemment généralisé chez les plus pauvres, s'oppose le rejet parfois féroce des plus privilégiés. Quand Chavez a été élu la première fois, on imaginait qu'il serait un révolutionnaire en politique et un réformateur bienveillant de l'économie. Une partie du patronat l'a même soutenu car le système gangrené de la IV République (1958-1999), était devenu un fléau insupportable. Elle était si corrompue qu'elle représentait même un obstacle pour les affaires.

Ce mécanisme qui a prospéré consistait en un pouvoir duopole. D'un côté l'Action Démocratique (AD) de centre gauche. De l'autre, le social démocrate Comité d'Organisation Politique Électorale Indépendante (COPEI), de centre droit. Après la chute du dictateur Perez Jimenez, en 1958, ces deux partis ont conclu un accord connu comme le Pacte de Punto Fijo, du nom de la ville où il a été signé. Des règles implacables ont été établis pour empêcher les importuns de gâcher la fête. Pendant 40 ans, l'AD et le COPEI ont vécu sur la bête.

Pétrole

Dans le cas vénézuélien, la roue de la fortune tourne grâce au pétrole. Le pays est le cinquième exportateur mondial et possède les plus importantes réserves prouvées. Jusqu'en 1976, l'exploitation a été entre les mains d'entreprises privées, principalement nord-américaines. Les hommes d'affaires locaux se sont enrichis en étant des associés minoritaires ou prestataires de services des grandes compagnies pétrolières.

Pendant le règne du capitalisme prédateur, le Venezuela a utilisé les dividendes de l'or noir pour importer presque tout ce qu'il consommait. Son niveau de développement agricole et industriel était très bas. Ceux qui avaient accès aux négoces pétroliers vivaient comme des nababs. La majorité de la population, sans travail fixe ni revenus stables, s'entassaient dans les villes et vivaient d'emplois précaires.

L'élite politique aussi en profitait. Les deux partis qui s'alternaient au gouvernement vivaient des commissions grasses qui étaient versées en échange des licences d'exploitation et autre concessions publiques. De haut en bas, le pays a été ligoté par l'un des plus grands schémas de corruption au monde.

La hausse des prix du pétrole, à partir de la crise mondiale de 1973, a conduit le président Carlos Andrés Perez, du parti AD, à nationaliser l'activité et à créer, en 1976, la PDVSA – Petroleos de Venezuela SA. Sans nuire aux intérêts des multinationales, puisque les activités de raffinage et de commerce international demeuraient entre les mains du privé, le nouveau modèle a alimenté le vol à grande échelle, en utilisant comme alibi un nationalisme de façade.

Les bénéfices engrangés grâce aux hydrocarbures et gérés directement par les hommes politiques du pacte Punto Fijo a engraissé la ploutocratie para-étatique. Elle a profité des contrats divers et variés de PDVSA. Ces barons du pétrole ont aussi renforcé leur hégémonie dans les secteurs peu risqués de la banque, de la télévision, de l'importation. L'establishment politique s'est alors confondu définitivement avec les maîtres de l'argent.

Durant ces dix ans de bien-être, les couches sociales les plus basses ont aussi reçu leur lot de bonheur. Au bout du compte, même avec les poches pleines, les politiques ont besoin de votes. Ce qui exige de satisfaire une clientèle. Le Venezuela du pétrole était un pays saoudien mais avec un régime de démocratie électorale.

Quand le cours du pétrole a chuté, à partir des années 80, le modèle a fait banqueroute. L'inflation a bondi de 7,4 % par an en 1978, à 103 % en 1996. Les intérêts de la dette ont fini par représenter 30 % du budget de la nation. Le PIB par habitant, en tenant compte de l'inflation, a reculé de presque 19 % entre 1978 et 1998. Dans le même temps, le salaire réel a perdu 48 % de sa valeur, provoquant une baisse de 25 % de la consommation des familles, alors que le chômage est passé de 4,3 % à 14,5 %. 

Cependant tout le monde n'a pas été ruiné. Le secteur privé, qui auparavant vivait grassement grâce à la rente pétrolière, a compensé ses pertes éventuelles par des gains financiers en or. Et ce, grâce aux taux d'intérêts que l'État a concédé en mettant sur le marché des titres de la dette publique. Les plus de 30 milliards de dollars envoyés à l'étranger entre 1984 et 1998 sont la preuve de cette abondance alors que le pays agonisait.

Le transfert accéléré des ressources publiques vers les groupes privés durant les gouvernements pré-Chavez, a été accompagné de l'une des versions les plus radicales du programme d'ajustements recommandés par le FMI (Fond Monétaire International) : révision des tarifs des services publics, coupe des aides sociales, privatisation des entreprises publiques.

Le fait est que, quand l'actuel président est arrivé aux affaires, il a fait face à une économie brisée et une société décomposée. Dix pour-cents de la population, qui représentait alors de 23 millions d'habitants, intégraient la patrie du pétrole et de la finance. Les 90 % restant ont vu leur niveau de vie dégringoler, détérioré par le chômage, le blocage des salaires et l'élimination de leurs droits. La majorité de ces personnes ont donné leur aval pour enterrer la IV République et lancer un impétueux processus de changement.

L'initiation

Le premier pas du nouveau régime, renommé V République à partir de la Constitution de 1999, a été d'exploser le système politique dont il héritait. Adossés à une majorité parlementaire, les partisans de Chavez ont pu adopter une série de mécanismes plébiscitaires et de participation politique, qui ont détoné le contrôle institutionnel exercé par le bipartisme. Les forces déroutées par le chavisme ont perdu leur hégémonie sur l'assemblée nationale, le pouvoir judiciaire et les forces armées.

Les nouvelles règles du jeu ont permis que des consultations improbatives, via référendums, puissent être convoquées par le président, le parlement ou par initiatives populaires avec un minimum de signatures. Les mandats législatifs ou administratifs ont pu être révoqués par vote populaire. Les lois ont pu être approuvées sans l'aval du parlement, si elles ont été entérinées par les urnes.

Cette offensive politique a affaibli les secteurs les plus conservateurs. Fin 2001, Chavez s'est senti assez fort pour lancer ses premières réformes structurelles dans l'économie. Les principales ont été la Loi des Terres (qui a fixé les paramètres de la réforme agraire) et la Loi des Hydrocarbures (qui a augmenté les impôts sur les entreprises privées et le contrôle du gouvernement sur l'activité pétrolière).

La réaction de l'opposition et des grands groupes économiques a été immédiate. Elle a convoqué la classe moyenne dans la rue et incité les militaires à se rebeller contre le gouvernement. Profitant de sa main mise sur les moyens de communication, ces cercles ont créé un climat de chaos et se sont lancés dans la tentative de coup d'État d'avril 2002. L'aventure a duré moins de 48 heures. Les militaires légalistes encouragés par des centaines de milliers de manifestants dans les rues, ont restitué son mandat constitutionnel à Chavez.

Une nouvelle révolte insensée s'est produite à la fin de l'année 2002. Les patrons ont paralysé l'économie du pays. Au centre de cette grève, PDVSA, encore sous le contrôle de directeurs et de gérants qui refusaient d'obéir au gouvernement. À nouveau le président a gagné le bras de fer à la suite d'une bataille de 60 jours. À la suite du coup d'État d'avril, les mouvements adversaires au sein de l'armée se sont dissouts. La paralysie pétrolière surmontée, Chavez a finalement réussi à prendre les commandes de l'entreprise publique, malgré la démission de 32 000 fonctionnaires qui avaient adhéré au blocus.

L'opposition a encore trouvé la force de convoquer, en 2004, un référendum révocatoire afin de destituer le président par voie constitutionnelle. D'ailleurs, dans le Venezuela de Chavez noirci par ses ennemis, qui qualifient le président de despote, 20 % des électeurs peuvent plébisciter un scrutin pour limoger le chef de l'État. Malgré ce nombre de signature minimale, l'opposition a été battu lors de la consultation populaire. Le président a poursuivi son mandat et a été réélu en 2006, avec plus de 60 % des voix.

Test de Chavez

Cette administration prend fin en janvier 2013. La troisième, du leader bolivarien (la première n'a duré qu'un an et demi, 1999-2000, et s'est terminée après la promulgation de la nouvelle Constitution). Lors des cinq années suivantes, il a surtout mené une révolution politique. Il a éloigné les vieilles élites du pouvoir et dérouté leurs attaques anticonstitutionnelles. Ces six dernières années, il s'est engagé dans la construction d'un nouveau projet économique et social que les urnes jugeront en octobre.

Le président a ouvert de nombreux chantiers. La première de ses inventions : les missions sociales. Elles sont principalement destinées à affronter les déficiences des systèmes de santé et scolaire. En même temps, il a accéléré le processus de nationalisation qui a commencé par le secteur pétrolier. Il a aussi touché d'autres secteurs stratégiques comme le système financier, la sidérurgie et les communications. Mais aussi d'autres moins importants : comme la distribution et les services. Une partie des bénéfices de PDVSA, de l'augmentation des impôts et de la dette publique ont servi à acquérir ces entreprises.

La stratégie de Chavez, depuis 2006, est baptisée de « socialisme du XXI siècle ». Elle repose sur un État fort, pourvoyeur de droits et régulateur de l'économie. Un État qui détient les moyens de production et participe significativement à leur gestion. L'élimination des capitalistes n'est pas une finalité comme elle a pu l'être lors d'autres expériences socialistes. Ses opposants, d'ailleurs, ont pris l'habitude de le critiquer d'avoir créé la « bolibourgeoisie ». Des entrepreneurs attelés au gouvernement et au projet bolivarien. De toute façon, il est indéniable qu'en nageant à contre courant, en rejetant les idées néolibérales triomphantes qui ont suivi le collapse de l'Union Soviétique, Chavez a attiré l'attention du monde sur son pays. 

Cette attention s'explique actuellement par la polarisation politique et idéologique entre le Venezuela d'un côté, et les Etats-Unis et autres puissances occidentales de l'autre. Les conflits internes avec l'opposition attise aussi la curiosité mondiale. Défenseur de l'intégration latino-américaine et d'une géopolitique, qui ignore la suprématie exercée par la Maison Blanche, le président vénézuélien est devenu un acteur important sur la scène internationale. La récente filiation de son pays au Mercosul, célébrée le 31 juillet, atteste ce caractère instigateur.

Mais le Venezuela de Chavez mérite d'être exploré au-delà des batailles d'idées. Les résultats de ces presque 14 ans de gestion ne peuvent pas être ignorés. Malgré les problèmes, comme les difficultés rencontrées dans la diversification de l'outil industriel ou l'augmentation de la criminalité dans les grandes villes, le pays a conquis des succès notables. L'Unesco l'a déclaré libéré de l'analphabétisme. Ce n'est pas rien. Ou encore, selon le Cepal et l'indice Gini, le pays détient la meilleure distribution de revenus d'Amérique du Sud. Il affiche aussi le salaire minimum le plus élevé de la région selon les chiffres de l'OIT (Organisation Internationale du Travail). Il peut aussi se féliciter d'avoir connu la plus forte accélération de l'IDH (Indice de développement humain) du continent lors des dix dernières années, information relayée par un récent rapport des Nations Unies. 

De la patrie fondée par Simon Bolivar jaillit désormais plus que du pétrole. Les expériences et changements, que l'on soit pour ou contre, sont des sujets importants pour ceux qui veulent discuter avec sérieux les défis de notre époque.

Traduction: Jérôme da Silva 

As razões da Venezuela em deixar a CIDH

Lugo abandona discurso pacifista e incita escrachos contra "golpistas"

Pesquisa dá 18 pontos de vantagem de Chávez sobre Capriles

 

Leia Mais

As razões da Venezuela em deixar a CIDH

Lugo abandona discurso pacifista e incita escrachos contra "golpistas"

Pesquisa dá 18 pontos de vantagem de Chávez sobre Capriles

PUBLICIDADE

Outras Notícias

PUBLICIDADE
X

Assine e receba as últimas notícias

Destaques

Publicidade

Promoção 100 livros para os 100 anos da Revolução

Promoção 100 livros para os 100 anos da Revolução

Inspirada pela Revolução Russa, a Alameda Casa Editorial fez uma seleção de 100 livros com desconto de 20% e frete grátis. São livros que tratam da sociedade capitalista, do mercado de trabalho, do racismo, do pensamento marxista, das grandes depressões econômicas, enfim: do pensamento social que, direta ou indiretamente, foi influenciado pela revolução dos trabalhadores de 1917. Aproveite.

Leia Mais

O melhor da imprensa independente

PUBLICIDADE

A revista virtual
desnorteada

Mais Lidas

Últimas notícias